Le collectif Archives LGBTQI

(photo Hornet.com)

Conférence de presse
> lundi 3 juin 2019 à 14h, au Centre LGBT Paris-Île de France
Des membres du collectif ont présenté le projet de Centre d’archives et des mémoires LGBTQI+ puis répondu aux questions du public.

> Télécharger le dossier de presse
> Résumé du déroulé et les échos dans les médias

Nous sommes un collectif de lesbiennes, gays, bi, trans, queers et intersexes. Nous coordonnons, avec toutes les personnes et associations intéressées, la création d’un Centre d’archives et des mémoires LGBTQI+ à Paris.

San Francisco, Berlin, Amsterdam, Bologne, Londres disposent de tels Centres où la gestion des archives, y compris leur conservation sur place, est intégralement assurée par les LGBTQI+.

Aujourd’hui, à la différence de toutes ces métropoles, la mairie de Paris veut nous déposséder de nos archives et nous imposer un autre modèle de Centre où les archives seraient dispersées dans diverses institutions publiques (Archives nationales, départementales, musées), affaiblissant gravement leur accessibilité et leur visibilité.

Nos archives et nos mémoires sont en danger. Il y a urgence, mobilisons-nous !

Les archives d’associations, de militant.e.s et de personnes LGBTQI+ en France (et au-delà) sont notre mémoire. Elles racontent des vies et permettent nos vies, elles racontent des luttes politiques et permettent les nôtres, présentes et à venir. 

C’est pourquoi nous refusons leur lente et invisible disparition, leur maintien au secret, l’absence d’études à leur propos, leur dispersion. Nous voulons que nos communautés, dans leur diversité, soient entendues par les pouvoirs publics face à cette urgence et associées à la solution.

Nous voulons un Centre d’archives pérenne, ouvert, inclusif dans les supports et objets archivés. Nous voulons des archives largement accessibles y compris en ligne, numérisées, protégées, gérées par les personnes concernées. Nous voulons un Centre d’archives qui suscite le travail des chercheuses et des chercheurs, qui propose à tout public des expositions, des débats, des ateliers de co-construction d’archives, des actions éducatives, etc. Bref, un Centre d’archives LGBTQI+ communautaire, comme il en existe déjà dans plusieurs pays.