Historique

De 1975 à 2014

Les actions des LGBTQI+ pour conserver leurs archives et leurs mémoires sont anciennes. Le Conservatoire des Archives et des Mémoires LGBT de l’Académie Gay & Lesbienne recense sur son site plusieurs de ces projets entrepris depuis les années 1980.

De 2014 à 2017, les prémices de la création du collectif

Le 16 décembre 2014, le groupe écologiste de Paris émet un vœu de reconnaissance de la mémoire LGBT à Paris par la création d’un centre d’archives national, vœu adopté par le Conseil de Paris.

Entre les années 2015 et 2017, un comité de suivi mis en place entre la mairie de Paris et les associations LGBTQI+  se réunit à plusieurs reprises, sous la direction du cabinet d’Hélène Bidard, maire adjointe chargée de la lutte contre les discriminations.

En 2017, création du collectif et premières actions

Le 9 septembre, création du collectif Archives LGBTQI, à l’appel d’Act Up-Paris.

Le 7 octobre, le collectif organise son premier événement à l’occasion de la Fight Aids Paris week , sous la forme d’une  » Journée de partage des savoirs (voir le programme).

Le 6 novembre, diverses associations et militant·es publient une tribune dans le Huffington Post sous le titre : «Parce que les mémoires se meurent, voici 12 priorités pour les archives LGBTQI ».

Le 11 décembre, le Conseil de Paris adopte un vœu du groupe écologiste allouant une subvention de 10 000 € et actant l’octroi d’un local temporaire au collectif Archives LGBTQI .

En 2018, désignation du collectif comme porteur du projet de Centre d’archives LGBTQI+

Le 3 février, le collectif se constitue en association loi 1901. (voir les statuts)

Les 4 et 5 mai, le collectif organise un nouvel événement à la mairie du 2ème arrondissement et au Carreau du temple, en partenariat avec la Mairie de Paris, intitulé « Ateliers – débats, pour la création d’un centre d’Archives LGBTQI »  (voir le programme)

Le 12 juillet, le collectif est désigné par l’ensemble des parties prenantes (Ville de Paris, État, associations LGBTQI+) pour préfigurer le futur centre d’archives et des mémoires LGBTQI+.